Le pilier des Wallabies qui pourrait désormais briguer le maillot des All Blacks après le changement de règlement de World Rugby.

Les changements de règles d’éligibilité de World Rugby ont été annoncés comme un changement de jeu pour les îles du Pacifique, mais ils ont également ouvert une possibilité intrigante pour le pilier de tête d’Otago et des Highlanders, Jermaine Ainsley.

Ainsley, le fils du pilier des All Blacks Joe McDonnell, a joué pour les Wallabies en 2018 – et a même joué contre les All Blacks lors de la Bledisloe Cup.

Un porte-parole de World Rugby a confirmé à Stuff que les changements d’éligibilité s’appliquent à tous les joueurs, et pas seulement à ceux qui cherchent à passer d’une nation dite de  » niveau 1 « , comme la Nouvelle-Zélande, à une nation de  » niveau 2 « , comme les Samoa.

En fait, l’instance dirigeante ne reconnaît plus ces labels « Tier 1 » et « Tier 2 », a déclaré le porte-parole, ajoutant que tant qu’un joueur peut prouver le lien et qu’il est approuvé par le Comité des règlements, il est possible de changer de pays.

Cela ne devrait pas être un problème pour Ainsley, dont les liens avec Aotearoa sont profonds. Il est né à Central Otago et a fait ses études à l’Otago Boys High School, mais a déménagé en Australie dans sa jeunesse pour des raisons familiales.

Il a joué pour la Western Force, les Melbourne Rebels et les Wallabies, mais comme sa dernière apparition avec les Wallabies remonte à 2018, il peut devenir éligible pour les All Blacks l’année prochaine.

À 26 ans, Ainsley arrive tout juste dans ses meilleures années en tant que tighthead prop. Il a signé un double contrat avec les Highlanders pour 2021-2022 et est favori pour porter le maillot de rugby pas cher n° 3 lorsque les Highlanders commenceront leur campagne de Super Rugby dans le Pacifique.

Ainsley restera éligible pour les Wallabies l’année prochaine, bien qu’il ne soit pas clair si Dave Rennie peut même choisir des joueurs d’un club de Super Rugby néo-zélandais.

En même temps, les Wallabies sont relativement bien lotis au poste de tighthead, avec Allan Alaalatoa et Taniela Tupou les deux meilleures options et le grand pilier des Rebels, Pone Fa’amausili, le jeune espoir.

Cela pourrait encourager Ainsley à essayer de suivre les traces de son père et à devenir le pilier des Wallabies qui a fait les All Blacks.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.